Accueil > Archives en ligne > Archives sonores > Archives sonores

Archives en ligne

Archives sonores

Archives départementales de la Haute-Loire. Fonds sonores : recherche globale.
Résultats 11 à 20 sur 289 :   <<<123456789101112131415>>>

289 résultats - Nombre de résultats par page :

Vignette Intitulé du fonds Thème Contenu Cote Fichier sonore Durée  
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireOpération dans un village chrétien (1.40). La guerre d'Indochine, le parallele avec la guerre d'Algérie (3.00). C' est De Gaulle qui nous a vendu (4.00). Le pétrole algérien plus cher que le pétrole raffiné d'Ukraine ou de Russie (5.00). Raymond Mouyren est apolitique, son point de vue sur Sarkosy et sur la famille Mitterand (7.00).20 AV 11Lecture
00:07:00
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaire28 août 1954 : Raymond Mouyren quitte définitivement l'Indochine (1.00). En congés de fin de campagne retour à Bone en Algérie auprès de sa famille (1.30). La Toussaint rouge, la rébellion du front de libération nationale (2.40). Assassinats d'européens, alerte générale (4.00). Raymond Mouyren impuissant doit rentrer chez lui et attendre sa nouvelle affectation (4.50). 13 décembre 1954 : nouvelle affectation à Siliana en Tunisie(6.00). Formation spéciale pour son unité de 50 musulmans (6.40). L'opération du grand pardon (9.40). Raymond Mouyren demande sa mutation en Algérie et rejoint le 3e régiment de tirailleurs algériens (10.30). 16 mai 1955 : intégration au corps du 3e bataillon commandé par le chef Aléon (11.00). Affectation à la compagnie de commandement et de service auprès du capitaine Kentouche (13.00). Attaque, combat à terre et prise d'armement dans la région de Souk-Haras (15.30). Raymond Mouyren conserve une arme prise au combat (16.20). Un "clach" à l'intérieur du bataillon (17.20). 5 mars 1926 : Raymond Mouyren est envoyé au combat à la ferme Degoul (19.50). La trahison d'un ancien héros de Dien Bien Phu (22.20). Assassinats de cadres et de tirailleurs endormis (23.40). L'adjudant chef Barthélemy est égorgé au pied du mat aux couleurs des européens tués (24.40). Les officiers réfugiés dans un hangar avaient engagé le combat (25.30). L'armement confisqué par les rebelles (26.00). Poursuite des fuyards, renforts du colonel Bigeard (27.30). Une vingtaine de tirailleurs délivrés et l'armement retrouvé par les paras (28.40). Les photos du sergent Flamand attaché de presse et photographe du colonel Bigeard (29.40). Les sergents Bensalem et Aouchiria passent en Tunisie (32.00). Le 3e bataillon de tirailleurs algériens est relevé de sa mission et rejoint Bone (33.30). L'intervention de Raymond Mouyren auprès du député Borra (35.20).20 AV 12Lecture
00:35:20
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireLe 3e bataillon de tirailleurs algériens est affecté en Corse (1.20 ). Formation d'une 4e compagnie commandée par le capitaine Perrin (2.10). Raymaond Muoyren devient son adjoint et retrouve son ami l'adjudant Amann (2.30). 13 mars 1956 : embarquement pour Ajaccio via Corté (3.40). Le bataillon est logé dans une ancienne minoterie (4.10). De bonnes relations avec le population corse grace au capitaine Deperreti (5.10). Le Gallo-Serré est utilisé comme piscine (6.00). Les militaires réquisitionnés par le sous préfet pour éteindre les feux de forêts (7.50). Recherche des zones de parachutage, de maquis, de refuge dans la région (9.00). Raymond Mouyren assume cette misssion et sympathise avec les bergers corses (10.40). Des renseignements de grande valeur collectés auprès d'un groupe d'indépendantistes (13.00). Le Corse est un patriote amoureux des armes (14.10). Le Vendredi saint, la procession, les tirs (16.00). les moments de détente avec les tirailleurs et leurs familles (17.30). Installation d'un bataillon à Bastia, l'autre à Ajaccio (18.10). Le 3e bataillon de Corté rejoint la base Amilcar à Malte en soutien au débarquement de Suez (19.10). L'arrivée du l'adjudant chef Chekcheki (20.30). Une cellule extrémiste se forme à l'intérieur du bataillon (22.00). Destruction à Bone d'une cellule affiliée au parti communiste et au front de libération nationale (22.50). Raymond Mouyren est nommé au grade d'adjudant chef (23.30). Il est fait chevalier de la légion d'honneur à titre exceptionnel auprès de sa famille à Bone (25.30). Très affecté par l'assassinat de son ami l'adjudant chef Chekcheki, il accompagne sa famille (27.00). Raymond Mouyren sera protégé et armé, il figure sur une liste de personnes à abattre (27.50). Le retour en Corse, affectation au PC "patron du secrétariat" (29.00). Demande de mutation pour une unité combattante en Algérie (29.30). Mutation au centre inter-armées à Alger et affectation à Bone (31.10). L'apprentissage d'un "nouveau langage" et opération dans Alger en civil (33.00). Inscription au tableau d'avancement pour le grade de sous lieutenant (34.00). Affectation à la 2e division d'infanterie motorisée près de Constantine (35.00). Raymond Mouyren retrouve le commandant Gonzalvès officier des affaires musulmanes (37.10). Les interrogatoires de prisonniers et l'interprétation des renseignements (38.40).20 AV 13Lecture
00:38:40
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireLes renseignements d'un "rallié" permettent de retrouver un chef terroriste armé (5.00). L'arrestation du terroriste par Raymond Mouyren et son commandant (8.00). Raymond Mouyren est soigné, reçoit félicitations, citation et croix militaire (9.00). Arrestation de cinq terroristes et de leurs sympathisants (10.00).20 AV 14Lecture
00:10:00
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireRaymond Mouyren est nommé au détachement de protection de Bône et tenu au secret (2.30). Première mission dans le quartier de Guelma (4.10). Le capitaine Canavagio perd la vie dans un accident d'hélicoptère (9.00). Raymond Mouyren sont hospitalisés et mis au repos une nuit (9.40). Raymond Mouyren rend compte de sa mission et informe madame Canvagio du décès de son époux (11.50). Les militaires sont fatigués et mis au repos (12.50). Visite à la famille Bousquet au domaine Saint Vincent producteur de vin (13.40). Rencontre avec une patrouille face à un groupe de rebelles armés (16.10). Intervention et capture d'un rebelle armé et blessé dans une citerne à souffre (21.00). Lors de l'interrogatoire du prisonnier Raymond Mouyren reconnaît un ancien camarade de classe (24.00). Exploitation des renseigenements donnés par le prisonnier (28.20). Prise d'armes et de documents. Arrestation d'un déserteur du 40e régiment de dragons (31.10). Arrestation d'un trafiquant d'armes. La brigade de surveillance prend le relai (33.30). Le capitaine Palvadau rejoint la métropole pour raison de santé (34.30). Raymond Mouyren est désigné pour assurer l'intérim et rejoint Batna avec une de ses équipes (36.10). Depuis plus de six mois des terroristes harcèlent la population qui quitte la ville (37.40). Le comportement d'un chef terroriste pris en fillature par Raymond Mouyren et ses hommes (41.00). Arrestation de personnes chargées de ravitailler les rebelles et prise d'armes (44.00). Raymond Mouyren rend compte de sa mission, il est félicité et procède aux interrogatoires (46.20). Visite chez le chef des rebelles et enlèvement de sa voiture en son absence (47.00). Menaces à l'endroit de Raymond Mouyren pendant l'interrogatoire (49.00). L'épicier fournisseur d'armes est également interrogé (50.20). Protéger les rebelles pour protéger sa famille (51.50). Arrestation de trente quatre terroristes et prise d'armes (53.30). L'amie européenne du chef des rebelles est tuée après avoir tiré sur Raymond Mouyren (55.20). Prise d'armes et de documents à son domilile (56.00). Raymond Mouyren est félicité, il doit la vie à son stylo et à son porte feuilles (59.40). Le terroriste est abattu près de Batna lors de son transfert à Constantine (1.00.30). L'arme de madame Souali et la voiture du terroriste sont offerts aux services spéciaux (1.01.40). Raymond Mouyren est heureux de ce coup de filet (1.00.03).20 AV 15Lecture
01:00:03
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireRaymond Mouyren quitte Batna pour Bône : 2.00. Première intervention afin de clarifier une situation ambiguë auprès d'agents du renseignement : 3.30. Capture et neutralisation d'une cellule terroriste à Sidi-Salem à Bône : 5.10. 1958 : L'aviation de chasse basée à bône est régulièrement mitraillée : 7.10. Le commandant donne l'ordre de répondre à toute attaque : 8.00. A Sakiet-Sidi-Youssef les rebelles se cantonnent dans une mine de cuivre : 9.00. Le bombardement coûte la vie à une centaine de rebelles armés : 9.50. Le F.L.N. tente une action sur le barrage de Souk-Ahras : 10.20. 800 rebelles en ames écrasent le barrage et entrent en Algérie : 10.40. Les forces françaises sont engagées, les rebelles sont abattus, blessés ou prisonniers : 12.50. La population musulmane accuse les français de faire de la propagande : 13.40. La ville est bouclée, les hommes valides sont emmenés pour enterrer les soldats décédés : 14.30. Le F.L.N. annonce l'exécution en Tunisie de trois prisonniers français en représailles : 18.30. L'opinion française est indignée, la foule algéroise et le général Pierre Lagarde prennent le gouvernement : 19.30. Des comités de salut public sont mis en place, les pouvoirs sont donnés à l'armée : 20.00. Le général Massu prend la présidence du comité de salut public d'Alger : 20.30. Les musulmans et européens fraternisent, les services de renseignements sont réactivés : 22.20. Les officiers d'Active, les réservistes, les volontaires et la liste de leurs actions, attaques et prises d'armes : 30.30. Selon Raymond Mouyren, le FLN obtiendra le remboursement par la France de ses saisies d'armes : 34.00. Le général Challe assure la victoire militaire et met sur pied le bureau d'études et de liaisons : opération d'infiltration : 36.00. En 1958 Raymond Mouyren est inspecté et félicité, il se consacre à son travail d'officier traitant : 38.00. Cependant il continue ses actions comme par le passé et démantèle une cellule terroriste urbaine : 40.20. Raymond Mouyren et ses hommes anéantissent un état major ennemi au lac de Fétzara : 42.30.20 AV 16Lecture
00:42:30
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireRaymond Mouyren repaire un jeune français qui veut devenir harki : 2.40. Ce jeune français devient tinformateur, il apprend qu’un commando s'apprète à passer des liquidités importantes dans les beni-salah : 6.50. Le commando est attiré dans une souricière sans lumière et sans guide : 9.50.Raymond Mouyren alerte la division, reçoit des renforts, la légion étrangère et les chasseurs interviennent : 13.00. Les rebelles brulent ou déchirent les billets, l'identification des corps : 14.30. Le chef des rebelle est abattu par un légionnaire : 15.00. Le commando rebelle est détruit, les armes at équipements confisqués : 16.20. L'ordre de base des transmissions de l'armée de libération nationale pour les rebelles : 17.10. De quelle manière sera réparti le butin financier retrouvé : 18.20. "Petit Brahim" devient le conducteur de Raymond Mouyren, il sera admis comme harki : 19.20. Raymond Mouyren est ravi de cette opération. La nécessité de reconstruire l'équipe d'informateurs : 20.50. Destruction d'un nouveau réseau terroriste avec récupération des armes à la cité du Pont Blanc : 22.30. Découverte d'une cache avec armes et munitions qui seront évacués par hélicoptère : 24.10. Nouvells actions à la ferme Vela dans dans la zone de Bellelieta : 26.10. 1960 : selon Raymond Mouyren le discours sur l'autodétermination du général De Gaulle "a fait du mal" : 27.40. Les opérations militaires se poursuivent : 29.20. L'affaire Si-Salah : 35.00. La rencontre entre le général De Gaulle et les émissaires : "De Gaulle a refusé la chance de voir l'Algérie pacifiée" : 38.00. Les algériens sont déçus, la situation donne lieu à des épurations : 40.00. Si-Salah sera abattu, les soldats sont tenus au secret : 42.00. Le dernier témoin sera abattu par le commando du 11e choc en opération de radio détection : 43.40. Le bureau d'étude et de liaison et le service 29 seront dispersés : 44.20. Selon Raymond Mouyren : "en haut lieu on ne se souviendra pas des services rendus…." 45.00. La mission exploratrice menée auprès du gouvernement de la république algérienne : un secret bien gardé : 46.50. Le 157e bataillon d'infanterie : 48.00. Dans la région de Bône, de Guelma et de Souk-Ahras "on cherche à utiliser le facteur religieux" : 49.50. Octobre 1960 : Raymond Mouyren est désigné pour se rendre à Constantine, il lui sera confié un pli urgent pour le Général Vanuxen : 51.40. Raymond Mouyren tombe dans une ambuscade, son homme d'escorte sera blessé : 54.00. Ils seront secourus et le pli urgent sera remis au général Vanuxen : 56.00. Raymond Mouyren sera cité à l'ordre de la division et proposé pour le grade d'officier de la légion d'honneur : 57.10.20 AV 17Lecture
00:57:10
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireR. Mouyren est affecté au PC pour analyse des renseignements, la révolte des généraux, mutation en métropole soupçonné d'être sympathisant OAS : 2.20. Nouvelle affectation à l'école spéciale inter-armée comme instructeur à Coètquidan : 4.30. R. Mouyren a tout à apprendre et regrette ses années de combat, rencontre avec le lieutenant Sézile de Mazincourt : 5.50. Les équipements, le langage, les coutumes de l'école : 11.40. R. Mouyren s'adapte, il apprend à manier le sabre, nouvelle mission d'instruction des nouveaux officiers de l'armée française : 13.30. R. Mouyren est inquiet pour ses parents restés en Algérie, son frère est muté à Chambéry : 14.50. R. Mouyren et ses camarades se retrouvent en permission, détachement en qualité d'officier de liaison auprès d'une société cinémathographique : 19.00. R. Mouyren est nommé au grade d'officier de la légion d'honneur à titre exceptionnel et pour services de guerre en Algérie : 21.10. Le temps du tournage est vécu comme des vacances, un "rupers" en cadeau, rappel à l'école et reprise du travail d'instruction : 23.00. R. Mouyren reçoit la croix d'officier de la légion d'honneur, il est affecté en qualité d'adjoint auprès du capitaine Aillet : 23.50. Avril 1962 : vingt élèves de la promotion Vercor désertent, une compagnie de CRS et officiers de police effectuent des arrestations au sein de l'école : 26.40. R. Mouyren est arrété et mis au secret à l'escadron de gendarmerie de Vitré, tribunal militaire et non-lieu : 29.00. R. Mouyren sera muté dans une unité de son choix, il souhaite rejoindre Guelma en Algérie, sa demande sera refusée : 30.30. Départ de l'école militaire de saint Syr avec regret, mutation au 5e régiment de tirailleurs marocains de Dijon : 35.10. Nouvelle mission auprès de l'état-major tactique n° 1 : 38.30. 1962 : après les grandes manoeuvres nationales, les régiments qui vont constituer "lossature de l'armée marocaine" : 40.40. Le changement d'attitude du général De Gaulle, R. Mouyren est présenti pour devenir capitaine : 43.30. La dissolution des quatre régiments de tirailleurs marocains : 45.40. R. Mouyren travaille à la ré-insertion des anciens militaires : 47.20. Juillet 1965 : le 5e régiment de tirailleurs marocains devient le 27e régiment d'infanterie : 52.00. "La bande à Mouyren" : 53.20. Octobre 1968 : R. Mouyren doit quitté sa place de commandement, il est nommé officier conseil du régiment : 57.10. Surmené, il est hospitalisé, nouvelle affectation et rencontre avec son épouse : 59.00.20 AV 18Lecture
00:59:00
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireR. Mouyren cherche une nouvelle affectation, aidé du colonel Lamy, il intègre le 46e régiment d'infanterie de Berlin : 4.50. Instzllation, visites et conditions de vie à Berlin, le commandement d'appui et les services, la cellule de renseignements : 8.20. Les conditions d'hébergement, les équipements, les avantages et l' installation familiale à Berlin : 10.30. Nouvelle mission, l'aide des militaires en place : 13.50. Les équipements, l'attitude des soldats russes, le troc : 16.30. Le droit et l'obligation de circuler en voiture grand confort : 19.00. La garde à la prison très sophistiquée de Spandéo et ses prisonniers : 23.00. Les conditions de surveillance de la prison de Spandaux : 24.30. Les conditions de vie et la sécurité dans la prison : 27.20.20 AV 19Lecture
00:27:20
Récit de vie du colonel MouyrenCarrière militaireLa mission de Raymond Mouyren à Berlin, la celllule de renseignements, la mission militaire française, le service d'espionnage et de contre espionnage français : 2.20. La dégradations des relations entre l'est et l'ouest, le blocus de Berlin, l'OTAN, le pacte de Varsovie, les missions de liaisons de renseignements et leurs objectifs : 4.20. Description des forces militaires soviétiques face à l'OTAN : 5.10. Anticiper sur un éventuel projet d'offensive du pacte de Varsovie face à la RDA sur Berlin ouest : 5.50. Les archives de la STASI attestent l'existense de ce projet, la mission de surveillance des troupes soviétiques : 9.10. Le troc : les renseignements sont échangés contre la nourriture, les observations concernant les équipements militaires : 11.50. Le retour en France pour Raymond Mouyren, il est désigné pour prendre en charge le commandement d'un centre mobilisateur : 13.10. Les armées britaniques, américaines russes et leur matériel, les moyens de renseignements de l'armée soviétique et de la STASI : 15.50. Selon Raymond Mouyren les jeunes officiers de l'armée allemande considèrent les militaires français comme des "occupants" : 18.00. Les observations élogieuses du Général commandant à l'encontre de Raymond Mouyren : 21.00. Nouvelle affectation pour Döle dans le Jura : 25.40. Description du travail des centres mobilisateurs 29.30. "Le centre doit être considéré comme un outil de combat", composition de l'équipe opérationnelle : 32.00. Le rôle du commandnat d'armes, la gestion de la gare, les avions militaires du GLAM sur l'aérodrome militaire de dégagement : 35.00. Raymond Mouyren interpelle monsieur Charasse et fait part de ses difficultés à monsieur Duhamel député : 36.00. La surveillance de la gare de Dôle, l'escadron de gendarmerie mobile, le dépôt de munitions de l'armée de l'air : 39.00.20 AV 20Lecture
00:39:00
Résultats 11 à 20 sur 289 :   <<<123456789101112131415>>>
Afficher/masquer

Filtres :

Thème

Recherche libre



Espace personnel
Wikitag Espace personnel
Contact - Plan du site - Mentions légales