Joseph mon cher fidèle

Archives départementales de la Haute-Loire. Poème trouvé dans le registre des baptêmes, mariages et sépultures de Chanteuges, année 1703 (6 E 59/1-B).

Zoom sur...

  • Inattendu mais de circonstance, voici une adaptation du chant de Noël "Joseph mon cher fidèle" traditionnellement entonné lors des "Chanté nwel" aux Antilles françaises. Signalé par un internaute que nous remercions de nouveau chaleureusement, ce texte est tiré du registre de baptêmes, mariages et sépultures de la commune de Chanteuges pour l’année 1703 (registre 6 E 59/1).
  • Dans cette adaptation dont l’auteur n’est sans doute pas le vicaire de Chanteuges car son écriture présente des hampes et jambages nettement plus arrondis, tous les huitains ne sont pas repris. La parturiente, fort démunie et sans domicile fixe si l’on en croit l’expression "loger sans bruis au logis de la lune", n’est autre que la vierge Marie, pourtant sur le point d’enfanter Jésus dans une étable alentours. Dans sa détresse elle en appelle à son bien-aimé Joseph et à la charité de la communauté des Chanteugeoises et Chanteugeois qui pourraient incarner ici le peuple de Bethléem.
  • Consulter le chant dans la visionneuse (registre de baptêmes, mariages et sépultures de la commune de Chanteuges, 6 E 59/1-B)

 

Transcription de l'adaptation du chant de Noël "Joseph mon cher fidèle" :

Noël

Joseph mon cher fidelle
voicy l’heureux moment
qui s’approche et m’appelle
à mon accouchement
dans ce temps de froidure
que ferons nous
sans couvert ny toiture
où irons nous

allons au voisinage
chercher un logement
pour éviter l’orage
et conserver l’enfant
ouvrez voisins voisines
petits et grands
voici celle qui porte
dieu dans ses flancs

sortez de la bourgade
pèlerins étrangers
marchez suivez l’estrade
nous craignons le danger
vous portez quelque augure
on craint de vous
quelque triste aventure
retirez vous

cessez voisins voisines
de parler en courroux
le froid déjà nous mine
ayez pitié de nous
mettez vous à la fenêtre
le rude temps
nous venons du champêtre
tous tremblotant

j’entends le chien qui gronde
et fait ce que je veux
s’il sort et fait la ronde
il vous mordra tous deux
allez sans infortune
loger sans bruit
au logis de la lune
qui vous conduit