Journée pratique du Bouclier Bleu aux Archives départementales de la Haute-Loire

Archives Départementales de la Haute-Loire. Journée pratique du Bouclier Bleu aux Archives départementales de la Haute-Loire du 4 novembre 2014 (Crédit photo : Arch. municipales de Lyon).

Protection du patrimoine culturel

  • Le Comité Français du Bouclier Bleu est une association qui a pour vocation de protéger le patrimoine culturel en France et à l’étranger à travers des antennes nationales et locales. Elle propose des formations, groupes de travail et interventions sur le terrain. La section locale Bassin du Rhône du Bouclier Bleu a été créée le 7 février 2011 autour de professionnels du patrimoine (Archives, Archéologie, Musées, Bibliothèque, Monuments historiques). Elle a pour but de regrouper les professionnels de la protection et de la conservation du patrimoine du quart Sud Est de la France, de la Saône-et-Loire au Vaucluse, en passant par la Haute-Loire et la Haute-Savoie.
  • Une journée de mise en situation concrète d’évacuation de documents touchés par l’eau a été organisée le 4 novembre 2014 aux Archives départementales de la Haute-Loire. Elle succédait à un exposé théorique de la mise en place d’un plan de sauvegarde des documents présenté quelques semaines auparavant aux Archives municipales de Lyon. Quatorze personnes travaillant dans divers services d’archives et des bibliothèques ont été confrontées à des documents ayant été plus ou moins touchés par l’eau. Face à cette mise en situation, elles devaient trouver les gestes justes et prendre de bonnes décisions pour sauver ces documents. Tôt dans la matinée, des ouvrages et documents d’archives destinés à être détruits étaient placés dans des bacs remplis d’eau. Face à ce « sinistre », des équipes se constituaient pour trier les documents selon leur état : documents peu mouillés, mouillés ou trempés et les orienter vers une filière de séchage, chacune de ces trois filières requérant des moyens matériels différents. Cette première étape réalisée, divers ateliers se sont mis en place, chacun s’occupant d’une catégorie de documents. Ceux qui étaient trempés et qui ne pouvaient être traités immédiatement étaient identifiés, mis dans des sacs plastiques et orientés vers la congélation, les autres étaient mis à sécher. Les Archives départementales de la Haute-Loire se sont constituées une « armoire sinistre » qui a été utilisée à cette occasion. Buvards, cordes et pinces à linge, tabliers, films et sacs plastiques, ventilateurs… et mobiliers divers ont été utilisés pour « fabriquer » des zones de séchage.
  • À la demande des participants, une prochaine journée pratique est programmée l’année prochaine, au cours de laquelle, et de manière à être au plus près de la réalité, un volume plus conséquent de documents sera inondé.